vendredi 23 novembre 2012

Ciboulette Concept, la pédagogie Montessori à portée de tous (un doux moment en compagnie de Fanny Choffat)



Bien qu’ayant toujours été un bon petit soldat assez adapté au système scolaire classique, je me pose beaucoup de questions sur le système de nos écoles. En devenant à mon tour maman, j’ai parfois été choquée par le côté normatif et le peu de marge de manœuvre qu’ont les enfants et les enseignants pour laisser libre cours à leur vraie nature. Certains enfants ou parents s’en accommodent parfaitement car c’est vrai que d’un point de vue de l’enseignement les enfants sont entre de bonnes mains. Mais quid de leur spécificité, de leur fantaisie, de leur personnalité profonde ?

Mon fils ainé est un petit garçon très appliqué et studieux qui fait beaucoup d’effort pour être dans le moule de l’école mais au fond c’est un artiste qui a une imagination et une capacité d’invention hors du commun. Je ne sais pas s’il trouvera toujours ses marques dans cette école et c’est pourquoi je reste informée des alternatives. 

Ainsi j’ai pu parfois étudier le concept des écoles Montessori sans pour autant savoir si cela me correspondrait. Fanny, éducatrice Montessori et fondatrice des ateliers parentaux Ciboulette Concept  m’a contactée pour me parler de ces ateliers où elle présente aux parents des éléments de la pédagogie Montessori. J’ai ainsi pu découvrir une femme convaincue qui m’a appris de nombreuses choses. 

Elle a accepté de répondre à une interview pour nous présenter son travail et son concept, Ciboulette Concept.

Petite fille , elle s’est sentie une grande empathie à l’égard du monde qui l’entourait. Cette nature sensible n’a pas trouvé sa place dans l’école traditionnelle et celle-ci lui a fait perdre confiance en elle et ses capacités. Elle a ainsi beaucoup souffert d’un système un peu rigide qui mise beaucoup sur l’intérêt général et la bonne marche du groupe au détriment parfois de l’individu. Heureusement, l’art, la scène, l’a énormément aidé à m’épanouir. Ainsi à force d’un travail acharné sur elle-même , elle est arrivée à un équilibre.

" Il m’a quand même fallu des années de travail sur moi pour comprendre que la différence de chacun est une chance, qu’on peut s’enrichir tellement des autres... Des années pour comprendre que travailler n’était pas synonyme de torture, et qu’on pouvait aimer cela, au-delà que le travail est nécessaire à notre équilibre, à condition de savoir qui l’on est et ce qu’on a vraiment envie de faire de sa vie. "Deviens ce que tu es" disait  Nietsche  ou "Connais-toi toi-même" disait Platon. C’est la même chose tout ça. Le système veut faire de nous de bons petits soldats dès le premier âge. Il veut étouffer notre lumière intérieur, la lumière que nous avons tous enfant et qui pour la plupart s’étouffe au fil des années. "

Aussi en devenant maman, elle s’est naturellement tournée vers ce qu’on appelle les méthodes alternatives : haptonomie, accouchement dans l’eau , allaitement, portage… Puis quand l’enfant a grandi s’est posé la question de l’éducation et pour Fanny pas question de lui refaire vivre tous ces manques qu’elle avait ressenti dans l’école de Jules Ferry !

Bien que travaillant avec des enfants depuis longtemps, elle s’est rendue compte qu’elle ne les voyait pas réellement " Je ne voyais pas le trésor qui se cache dans chaque enfant, à quel point il est  totalement pure et libre au départ. Maria Montessori le dit, c’est l’influence négative de l’adulte qui vient ternir l’enfant. Mais l’adulte n’est pas responsable; lui aussi a été un enfant terni par la génération précédente. C’est un enchainement qu’il faut briser pour améliorer le bien-être des futures générations. "

C’est pour cela qu’elle a décidé de se former à la pédagogie Montessori. Aujourd’hui elle est  donc diplômée de l’institut supérieur Maria Montessori, et travaille à mi-temps en tant qu’éducatrice dans une école Montessori parisienne.

Ciboulette Concept, c’est donc l’aboutissement d’une très, très longue réflexion : le souhait de transmettre ce que je peux aux personnes qui sont dans cette recherche dans leur vie, qui veulent «le mieux» pour leurs enfants.


D’où vient le nom de Ciboulette concept ?

C’est le nom d’un personnage de ma vie d’artiste. C’est un peu une façon de rester en contact avec cette partie de ma vie. L’art c’est quelque chose de fondamental pour moi.

Peux tu rappeler les grandes idées de l’enseignement Montessori ? Quelles différences avec l’enseignement classique ?

Dans ses livres, Maria Montessori dit qu’elle n’a rien inventé, que ce sont les enfants qui se sont révélés à elle. C’est la pédagogie de l’observation. Observer l’enfant, être à l’écoute de ses besoins. Mettre à sa disposition un environnement qui va le nourrir. Lui donner le goût du travail, la confiance et l’estime de lui-même. Développer son sens social, mais pas par un système de récompenses/punitions ou compétition.
On ne compare pas les enfants entre eux, chaque être est unique et avance à son rythme. L’enfant est libre d’aller vers ce qui lui plait. Ainsi, il développe un intérêt. L’intérêt le conduit à répéter son travail, à se concentrer, et donc comme on dit dans le jargon montessorien, à se «normaliser». Ce n’est pas péjoratif. On part du constat que beaucoup d’enfants sont «déviés» par leur environnement souvent inapproprié. Il sont dans une forme de chaos psychique.
Se normaliser, ça veut dire, revenir dans son axe, atteindre un équilibre intérieur, un bien-être.
Dans l’éducation nationale, il y a un programme, il faut le suivre, si on ne suit pas parce que par exemple, on en est pas là dans notre développement, alors on se retrouve rapidement en échec. On perd confiance en soi. Je schématise mais c’est un peu ce qui se passe en général. Après encore une fois, certains s’épanouiront dans le système classique, certains pas du tout. Il n’y a pas de règles.
Enfi , par rapport aux pédagogies alternatives, même si toutes ont le même axe essentiel de respecter l’enfant et ses besoins individuels, Montessori a quelque chose d’épatant, c’est son matériel. Un matériel dit « scientifique » car étalonné par les enfants avec lesquels Maria Montessori a travaillé. C’est incroyable de voir à quel point on peut aller loin avec des enfants de moins de 6 ans ! Du théorème de Pythagore en passant par la grande division, la géographie, l’éveil des sens.. L’adaptation à l’environnement est partout !
Le mot clef de la pédagogie c’est savoir s’adapter. «N’éduquons pas nos enfants pour le monde d’aujourd’hui, il n’existera plus quand ils seront grand, mais apprenons leur à s’adapter» disait MM.
Quand j’entends des amies parler des programmes de maternelle, j’entends souvent fiches, lignes de lecture, coloriage et même télévision... Je ne pense pas que des enfants qui absorbent tellement de choses avec passion et sans aucun effort si on leur offre du choix, puissent vibrer avec des lignes de A et de B. Mais tout est une question de point de vue, je ne condamne pas l’éducation nationale, il y a surement des choses bien, tout dépend des écoles et de l’équipe éducative.

Beaucoup de parents sont tentés de s’orienter vers les enseignements dits alternatifs, comment expliques- tu cela ?

Comme je le disais, soit on a soit même un souvenir peu flatteur de l’école, soit on se rend compte que cela ne convient pas à notre état d’esprit, à notre enfant.
Et puis ces dernières années les gens reviennent de plus en plus vers le naturel, le bio, le maternage, et donc la continuité ce sont les pédagogies alternatives. On se rend bien compte que c’est l’enfant qui forme l’adulte que l’on devient, et non pas l’inverse.

Néanmoins le prix les arrêtent  souvent, peut -on parler d’élitisme  ou autrement dire est ce que ce n’est pas un enseignement qui est souvent réservé uniquement aux riches ?

Malheureusement en France c’est le cas. On peut parler d’élitisme, mais par non choix ! Ce n’est pas la pédagogie Montessori qui veut ça. L’état ne veut pas reconnaître ces écoles. Donc c’est simple, ou les parents financent l’école de leurs enfants à la place de l’état, ou il n’y a pas d’écoles Montessori !
Il faut savoir que le coût de la scolarité d’un enfant à l’éducation s’élève à environ 700 euros par mois.
Les écoles Montessori demandent entre 300 euros (plutôt en province) à 800 euros sur Paris. Mais ce n’est pas plus cher que ce que l‘état finance. Sauf que là, c’est aux parents de payer. Tout le monde ne peut pas se le permettre.
C’est une des raisons qui motive mon projet. Les ateliers permettent de mettre une grande partie de la pédagogie en place chez soi, pour un budget plus raisonnable.
On peut apprendre à mieux communiquer avec son enfant, à mieux observer et donc à mieux comprendre ses besoins, à mieux les satisfaire. Savoir quoi acheter, comment fabriquer certaines choses, et surtout apprendre à bien présenter le matériel.
Je ne vais pas dire que ce sera comme une école Montessori, car l’éveil du sens social ne pourra pas se faire comme dans une classe par exemple, mais quand même, cela peut être très riche pour l’enfant.

Pourquoi avoir voulu créer des ateliers à l’usage des parents et des professionnels?

Pour que ceux qui le souhaitent puissent offrir cette merveilleuse pédagogie à leurs enfants. Ou pour que les professionnels puissent mettre en place une orientation Montessori dans leur travail. Effectivement on n’ a pas toujours une école Montessori près de chez soi ou le budget qu’il faut. Les ateliers Montessori de ciboulette, c’est une solution, une «alternative» !

Quels sont les profils des personnes qui viennent te voir ?

Des personnes en réflexion. Des parents qui se questionnent ou constatent. Certaines sont enceinte et font déjà la démarche. Je trouve cela super !

Est-ce que tout en suivant un parcours scolaire classique, les enseignants peuvent introduire un peu de Montessori ? Est-ce opposé ou complémentaire ?

Bien sûr que c’est possible ! Je l’ai déjà dit mais ce n’est pas une «méthode» c’est une vision de l’enfant, une vision de l’homme. On peut fabriquer énormément de matériel soit même, il suffit d’avoir la foi et la motivation.
Durant ma formation, il y avait des maitresses des écoles. Mais le souci parfois c’est qu’elle se heurte à la direction, on ne fait pas ce qu’on veut à l’éducation nationale !

Comment se déroule un atelier ?

C’est une ambiance décontractée, on parle déjà un peu de qui on est et pourquoi on est arrivé jusqu’à cet atelier autour de quelques biscuits et jus.
J’ai disposé sur une étagère le matériel que nous allons découvrir.
J’aborde ensuite un ou deux aspects théoriques de la pédagogie.
Puis je présente du matériel, cela peut varier entre 3 ou 8 présentations de matériel selon les modules. Un volontaire joue le rôle de l’enfant à qui je vais faire la présentation. Les autres observent. Ensuite on parle ce matériel, ce qu’il apporte à l’enfant, ce qu’il aide à développer, comment susciter l’intérêt de l’enfant, les variantes et les jeux possibles. Je réponds aux questions, et parfois deux volontaires   font une présentation collective, que j’observe, et commente par la suite.
Parfois on peut fabriquer un matériel durant l’atelier. Ou commencer à le fabriquer à l’atelier et avoir l’explication pour le terminer chez soi si c’est trop long.

Il existe aussi des livres qui se basent sur l’enseignement Montessori pour aider les parents à le mettre en place, as-tu des titres que tu recommandes ?

Oui j’aime particulièrement "Apprends-moi à faire seul" de Charlotte Poussin aux éditions Eyrolles.

Y a-t-il du matériel type qui peut être utilisé par les parents ?

Les parents peuvent tout utiliser, mais il faut une formation, même non professionnel, pour apprendre à bien présenter le matériel. C’est quelque chose de très classique, des familles ou même des structures achètent du matériel Montessori, et pense à tort qu’il suffit de le donner à l’enfant, comme on le ferait avec n’importe quel jouet. Mais ce n’est pas ça du tout, il y a une façon d’utiliser le matériel pour qu’il puisse aider au développement de l’enfant. Il y a des règles à respecter, l’ordre des étapes par exemple, même pour un matériel qui peut paraitre simple comme verser du sable d’un pichet à l’autre ou la Tour rose, rien ne s’improvise. Ça peut paraitre très strict au départ, mais c’est cet ordre qui va sécuriser  et structurer l’enfant, lui apporter une auto-discipline.
Pour conclure, les livres c’est bien, les blogs c’est bien, mais ça ne remplacera jamais une formation, un stage ou un atelier encadré par un professionnel. Cela nous donne des idées bien sûr, mais il y a tant de choses à prendre en compte et à mettre en place pour que le chaos laisse la place à la véritable personnalité de l’enfant. Avoir quelqu’un en face de soi qui nous nous explique, nous répond, nous forme, nous rassure, si on peut se le permettre et si on souhaite bien faire les choses, alors ça me parait indispensable.
Tout dépend du projet, mais si c’est vraiment pour faire l’école à la maison ou pour du soutien scolaire, mieux vaut suivre une petite formation, il y a trop d’enjeu pour prendre des risques.

Enfin quels sont tes futurs projets ? Des ateliers à l’usage des enfants ?

Je travaille sur d’autres axes en effet, mais pour l’instant pas d’ateliers pour les enfants. Par contre, avec ce que j’appelle les temps pédagogiques à domicile, il est possible de constituer un groupe d’enfants si les familles s’organisent, ainsi le coup de l’intervention serait divisé par le nombre de famille.

Ciboulette Concept sur Facebook c'est ici

Les ateliers de Ciboulette Concept :
1/ Accompagnement parental :
Mise en place de la pédagogie Montessori à la maison :
Aménagement de l'espace, choix et achat du matériel ou fabrication, formation sur la théorie et la pratique de la pédagogie : Observation, communication, présentations de matériel
2/ Coaching familial :
- Séance de coaching visant à accompagner la famille sur différents aspects de la vie quotidienne.
3/ Montessori sur mesure à domicile :
- Temps pédagogique (Nido ou école à domicile) avec enfants de 12 mois à 6 ans ( à mon domicile ou au domicile de l'enfant) :
Observation de l'enfant : Périodes sensibles, personnalité et besoins
Présentations de matériel et libre activité Montessori
Ateliers manuelles
- Soutien scolaire à domicile niveau primaire :
Mathématiques, géométrie, géographie, langage avec le matériel sensoriel Montessori
4/ Les ateliers Montessori de Ciboulette
Pour les parents et les professionnels de la petite enfance, plusieurs modules pour découvrir la pédagogie Montessori :
Philosophie de vie
Apprendre à aménager l'espace de son enfant
Observer les phases de développement et les besoins
Fabriquer ou acheter le matériel adéquat
Apprendre à présenter le matériel
5/ Stages pour les particuliers et les professionnels
- Week-end découverte de la pédagogie Montessori
- Stage d'une semaine qui reprend l'ensemble du programme des modules de l'atelier, c'est donc plus intense et concentré.

Dates des prochains modules
Module 1
- Le vendredi 23 novembre de 9H30 à 12H00 au Café Grenadine, 161 avenue de Maine, Paris 14.
Module 2
- Dimanche 25 novembre de 14H30 à 17H00 à l'Espace Nat'bé, 10 Bld Auguste Blanqui, Paris 13.

N'hésitez pas à vous inscrire!

Un petit exercice proposé par Fanny

Verser de l’eau dans deux verres
Description du matériel
Un plateau sur lequel se trouve une carafe remplie d’eau, deux verres avec des bandes repères rouges au 3/4, et une petite éponge
Un seau
`Présentation
Expliquer à l’enfant que nous allons lui montrer comment verser de l’eau dans un verre
Inviter l’enfant à prendre le plateau sur l’étagère et à le poser sur une table de son choix
Placer les deux verres sur la table
- Prendre la carafe avec l’index dans l’anse et le pouce sur l’anse
Placer l’index et le majeur de l’autre main en soutient sous la carafe
Verser l’eau dans un verre, puis dans le second verre, redresser la carafe et la poser
Verser l’eau des verres un à un dans la carafe
Avec l’éponge, égoutter les verres, puis la carafe et éventuellement l’eau qui a coulé sur la table
Inviter l’enfant à faire l’activité et à la répéter jusqu’à épuisement de son intérêt
Vider l’eau dans le seau et allez vider le seau avec l’enfant
Aller remplir la carafe avec de l’eau propre
Ranger le matériel sur le plateau et le plateau sur l’étagère
«Maintenant que je t’ai présenté ce matériel, tu peux l’utiliser tout seul autant de fois et aussi longtemps que tu le souhaites»

Merci beaucoup à Fanny pour ces éclairages très pertinents qui permettent de mieux comprendre l’intérêt de cette pédagogie.


J’ai aussi pu expérimenter quelques principes de la pédagogie Montessori dans un livre "Mon cahier Montessori" aux éditions Nathan pour les 3/6 ans . Sur son blog Mathilde l’a très bien présenté. Nous avons commencé tranquillement avec ma fille de 3 ans et demi. C’est une discipline qu’elle apprécie et quand elle en a assez je ne la force pas, nous allons pas à pas à la découverte de l’apprentissage. Les pages sont en noir et blanc et reprennent des thèmes que les enfants apprécient. C'est simple et amusant à faire car il y a notamment beaucoup de coloriages, de jeux et de découpages.
Auteur : M. KIRCHNER
Auteur : M. KIRCHNER
Collection : Pédagogie
septembre 2012 
 

Voilà j'avais envie d'aborder dans un article la pédagogie Montessori car je trouvais  qu'elle était intéressante ne ce sens qu'elle est très respectueuse de l'enfant . Elle ouvre aussi le débat sur l'éducation qu'on a envie de donner à son enfant. Nous avons souvent tendance à dire à notre enfant "alors tu as bien travaillé aujourd'hui? " et peut être qu'on pourrait le remplacer par "alors t'es tu bien épanoui au sein de l'école aujourd'hui? "

Et vous , tenté par la méthode alternative ou convaincue par l'école Jules Ferry?

C’était un doux moment avec Fanny Choffat, fondatrice des ateliers Ciboulette Concept !


3 commentaires:

Delph Dolce a dit…

Cela fait 9 ans que je connais Montessori. Mais à l'époque déjà c'était trop cher pour ma bourse, et cela aurait été superbe pour ma Poupey.. aujourd hui elle est déscolarisée justement car le cadre scolaire national ne lui convient pas.. Les formations, stages sont très intéressants, mais faut aussi les finances, et il n y a pas grand chose pour une grande de bientôt 11 ans.. j'espère pouvoir faire mieux pour Louloute, mais une formation sans bébé, un peu hard pour moi ;)
Bref, les pédagogies alternatives m attirent, il y a à prendre un peu chez toutes.

D.

Julie a dit…

merci cela m'interpelle et m'intéresse ! Le cahier à la fin m'attire, je vais aller en libraire fouiner longuement je crois bien :)

Fanny Choffat a dit…

Les ateliers Montessori de Ciboulette, 2013 !

Dimanche 27 janvier à 11H00 : Module 3

Spécial Vie pratique

L’importance de l’adaptation à notre milieu :
Les Tendances humaines

Comprendre et appliquer la «Vie Pratique» chez soi avec son enfant

Pratique :

Soin de l’intérieur, partie 1

Dimanche 27 janvier à 14H30 : Module 4

L’esprit absorbant

Les grandes tâches de l’éducateur (ou du «parent éducateur») :

Qu’est ce qu’une présentation ?
Comment créer le phénomène de concentration ?
Aide utile & inutile

Pratique :

Soin de l’intérieur, partie 2
Soin de la personne partie 1

Infos & Réservation : cibouletteconcept@gmail.com

Les ateliers Montessori se dérouleront dorénavant à mon domicile, dans le 12ème arrondissement de Paris.

à très bientôt !