vendredi 16 août 2013

Souvenirs croisés de vacances



L'an dernier, j'avais participé à une belle série à l'initiative de Christine du Journal de maman et de Céline dans la peau d'une fille, qui était consacrée aux souvenirs de vacances.

Cette année mes souvenirs de vacances d’enfants me reviennent curieusement à l’esprit . J’observe mes enfants qui ne sont plus des bébés et j’ai la sensation de revivre des moments de ma propre enfance. Le temps passe le lieu est différent mais certaines choses semblent immuables …

Avant 4/5 ans je n’ai guère de souvenirs mais à partir de cet âge, beaucoup de faits me reviennent en mémoire .Ma fille a quatre et demi et quand je l’observe, je ne peux m’empêcher de repenser à mes impressions de petite fille.

Je navigue ainsi très agréablement entre nostalgie du passé et bonheur du présent , entre l’enfance et l’âge adulte dans une douce rêverie où chaque chose trouve sa place .J’en viens à penser qu’il existe un genre « d’ambiance des vacances » , une donnée générique et universelle qui est la même à travers les époques et qui est créatrice de ce lien d’attachement, de ce rapport fondateur à l’enfant qu’on a été.

Transmettre
Tous les soirs, nous relisons avec plaisir de vieux livres et notamment les Martine. Beaucoup des histoires de la fillette se déroulent pendant les vacances et on retrouve chez cette enfant  des années 60 les mêmes émerveillements que ceux que j’ai eus dans les années 80 ou que mes enfants ont aujourd’hui.

Je me souviens des vacances que je passais à la mer en Espagne où mon oncle et ma tante louaient régulièrement une maison. Je me souviens de cette ambiance à l’espagnole à profiter des langueurs de la méditerranée. Je me rappelle que j’aimais aller « prendre un pot » sur le port le soir et hésiter entre une glace et une granizada. J’étais une enfant très gâtée qui mettait tous les soirs  sa jolie robe pour sortir, qui avait le droit à presque tout ce qu’elle désirait et qui humait chaque jour cette ambiance.

De la même manière j’ai passé tous mes étés à La Rochelle où était alors installée une grande partie de ma famille paternelle. Nous avions pris l’habitude de réserver aux alentours (et notamment dans les dernières années à l’île de ré) dans les villages de vacances liées aux entreprises (c’était les années 80/90 à une époque où les CE étaient hyper présents dans la vie des salariés).Même sentiment de liberté, mêmes moments en famille, mêmes ambiances de farniente et de douce torpeur…

Mes souvenirs ...
Aujourd’hui , les vacances s’apprécient de la même façon et c’est dans les  petits détails que je retrouve des similitudes .

Leurs souvenirs...
Ils font leurs devoirs de vacances sur des cahiers type « Passeport » et je me revois assise à l’ombre à apprendre les chiffres romains quelque part sur la Côte espagnole à l’heure où les grands font la sieste.
leur moment de lecture
Ils jouent entre eux ou avec le petit voisin au croquet, au vélo ou autre chose et je retrouve ces mêmes moments où j’étais invitée chez la petite voisine de mes grands- parents ou chez mes cousins et où les adultes trop occupés à se détendre de leurs dures vies de labeur lâchaient prise sur la surveillance et nous laissaient partager nos secrets et nos expériences croisées. Je vois mes enfants parler entre eux, découvrir et gagner en autonomie.



Je me souviens que tous les ans, nous assistions à un feu d’artifice et que pour la première année j’ai emmené les miens en voir un tiré sur le lac. Je me rappelle alors comme j’ai aimé moi aussi pouvoir me coucher tard en vacances.

Mes enfants n’ont pas les mêmes vacances (j’aimerais leur faire connaître un jour cette Espagne que j’ai tant aimé) mais ils y retrouvent leur propre univers et leurs repères fondateurs notamment grâce à cette maison perdue au cœur des volcans d’Auvergne qu’ils ont toujours connue et dans laquelle nous essayons de construire notre propre histoire familiale.

Tous ces souvenirs permettent de faire le lien et de transmettre tout en recevant dans un échange bienveillant. Si tous mes souvenirs reviennent c’est aussi parce que les vacances sont une parenthèse enchantée dans la vie et loin d’être optionnelles, elles sont nécessaires surtout dans nos époques où l’on ne sait pas toujours prendre le temps.

Alors comme disent parfois les enfants "Si un jour j’étais président ", je voterais une loi pour que toutes les familles puissent partir en vacances ensemble deux semaines par an  car  ce moment permet de se ressourcer parmi ceux qu’on aime.






Vive les vacances, donc !



2 commentaires:

lesideesded a dit…

il est très beau, ton billet !
moi aussi je revis mes souvenirs à travers ma petite.... et j'espère qu'elle s'en construira de beaux également !

bises *-*

Lesdelicesdanais a dit…

Sympa les vacances en Auvergne ...moi aussi je me souviens des livres de Martine et des Passeports...
Bisous
Kin