vendredi 10 janvier 2014

Histoire de 2 colliers , histoires de transmission...


Deux chaines  en or et 2 pendentifs cœur achetés à 20 ans  d’intervalle…

Deux petites filles aux yeux qui brillent…
Deux bijoux qui ne sont pas que des bijoux…
Deux histoires qui se rejoignent pour former l’histoire familiale…

Quand j’ai eu 10 ou 12 ans (je ne me rappelle plus), j’ai voulu m’offrir un collier de  "jeune fille" avec les petits sous que j’avais reçus à mon anniversaire. 


Je suis donc allée chez le bijoutier de mon quartier (car alors ceux-ci fonctionnaient très bien), une belle boutique située rue du Fbg Saint-Antoine et qui je crois existe toujours (ou a existé jusqu’à il y a peu). J’avais l’impression d’accomplir un acte du dernier chic, de passer ainsi dans la cour des grandes…

Mon choix s’est porté sur une petite chaine en or avec un cœur en pendentif. Un petit cœur rond et plein qui brillait de mille feux…Je ne sais plus combien cela m’avait coûté à l’époque mais c’était le temps des francs, celui où les prix étaient encore à peu près raisonnables donc !

Je n’étais pas peu fière d’arborer ce joli collier en or ! Pourtant très vite, je l’ai abîmé en le mordillant. Ce défaut est devenu une caractéristique et a rendu mon médaillon unique.

Je l’ai abandonné dans un coffret à bijoux pendant une partie de mon adolescence. A 18 ans, j’ai voulu que ma maman m’offre une bague 3 ors avec comme idée de la transmettre à ma fille si j’en avais une. 

J’ai alors ressorti mon collier et je ne l’ai jamais quitté depuis !

Je le porte presque tous les jours sauf si je mets un collier fantaisie avec lequel il ne va pas. Je le touche, le tripote, le suçote aussi, c’est MON collier, mon bijou de famille, avec ma bague 3 ors et mon alliance.

Ma petite fille l’adore et le connait, je lui ai raconté l’histoire de ce collier et comment il comptait pour moi.

A la veille de ses 5 ans, elle a émis le souhait de recevoir "un collier comme maman ". Ce souhait ayant persisté à quelques jours de cet anniversaire, nous avons entrepris de trouver ce bijou. 

Signe que les prix ne sont plus les mêmes, ce n’était plus une bijouterie de quartier mais une chaine de bijouteries "Histoire d’or " située dans une galerie marchande (le service était d'ailleurs franchement impeccable ! ). Pourtant ma fille a ressenti la même émotion face à l’acquisition de ce petit collier. 


Elle l’a choisi avec soin, l’a essayé fièrement et s’est regardée très sérieusement dans le miroir tendu par la vendeuse. Elle a récupéré son petit paquet et a voulu le porter elle-même. 


Puis le jour de son anniversaire, elle l’a mis autour du cou et je l’ai trouvé si jolie et si grande…



Ce ne sera jamais qu’une simple petite chaîne en or (sans véritable valeur économique d’ailleurs) mais plutôt un moment d’émotion, une date qui compte dans l’enfance… A 5 ans ou à 12, le même ressenti, la même volonté d’avoir un objet qui a du sens.

Ces moments enfantins font partis de notre histoire familiale et forment des petits maillons de notre lien. Son frère, son père, moi et surtout elle nous souviendrons de cette journée où elle a choisi ce cadeau et où nous l’avons accompagné.


Etre ensemble, créer une symbiose familiale, transmettre…

3 commentaires:

sysyinthecity a dit…

Quelle belle histoire !! c'est trop choupi !

Les Petites Marionnettes a dit…

Rho! J'ai les yeux humides! C'est ce genre d'instant de vie que j'aimerais garder au coeur toujours <3 Des bises à toi et ta belle!

Sophie KUNE a dit…

Comme ton histoire est jolie. Figure toi que j'ai eu le même cœur mais je ne sais pas où il est (j'ai même du le perdre....
La bijouterie dont tu parles existe toujours je crois, si c'est celle qu est située près de l’hôpital Saint-Antoine.
Bisous et merci pour cette belle histoire reçue pour ma part avec beaucoup d'émotions.