samedi 12 juillet 2014

Fan de fifties


L’été 2014 fleure bon les années 50 et le rétro.

L’envie de renouer avec cette période d’insouciance faisant suite aux années sombres de la guerre, une période où l’économie était en pleine expansion, où les gens découvraient des tas de produits censés leur faciliter la vie comme la machine à laver, la télévision, le chauffage électrique. 

Tout était beau, tout était frais et tout le monde semblait avoir envie de s’amuser et de profiter de la vie !

Une période toute neuve qui allait marquer le début d’une ère nouvelle…
Mais aussi une période révolue, un temps d’innocence qui ne reviendra plus…

C’est pourquoi les années 50 reviennent régulièrement sur le devant de la scène, à intervalles réguliers mettant une pincée de vichy par ci, quelques gouttes de pastels par-là, le tout saupoudré de formica.

Les années 50 sont l’époque de la grâce et de l’élégance, celle où Dior domine la mode avec ses femmes mystérieuses et raffinées.

Les femmes s’émancipent après la guerre et c’est aussi le temps des Pinups et du glamour.

On retrouve aujourd'hui ces influences dans les campagnes de pub ou même chez certaines marques qui en ont fait parfois leur marque de fabrique (commeBenefit par exemple).

Récemment, j’ai assisté à une soirée Pinup organisé par le webzine Au féminin et confiée aux doigts de fée de l’adorable Natacha Birds qu'on ne présente plus : une ambiance de fête foraine, de drive-in et de couleurs gourmandes ont rythmé cette superbe soirée où les hôtesses portaient d’adorables robes à pois.








Une tendance portée aussi par l’excellente comédie familiale de l’été « Les vacances du petit Nicolas » réalisée par Laurent Tirard avec Kad Mérad et Valérie Lemercier où l’on retrouve toute l’atmosphère des livres de Sempé et Goscinny.



Le pitch (issu d’Allo Famille) 

«  C’est la fin de l’année scolaire. Le moment tant attendu des vacances est arrivé.
Le petit Nicolas, ses parents et Mémé prennent la route en direction de la mer, et s’installent pour quelques temps à l’Hôtel Beau-Rivage. Sur la plage, Nicolas se fait vite de nouveaux copains : il y a Blaise, qui n’est pas en vacances parce qu’il vit ici, Fructueux, qui aime tout, même le poisson, Djodjo, qui ne parle pas comme eux parce qu'il est anglais, Crépin, qui pleure tout le temps, et Côme, qui veut toujours avoir raison et c’est très énervant. Mais Nicolas fait aussi la connaissance d’Isabelle, une petite fille qui le regarde tout le temps avec de grands yeux ronds et inquiétants, et à laquelle il croit que ses parents veulent le marier de force. Les quiproquos s'accumulent, et les bêtises commencent. Une chose est sûre : ce sera, pour tout le monde, des vacances inoubliables… »

Outre les moments de fous rires et de tendresse qui rythment le film, j’ai particulièrement aimé cette plongée dans le monde des années 50 avec des couleurs acidulées (notamment le bar de la plage), les papiers peints improbables, les cabanes sur les plages normandes, une déco qui me rappelait les maisons de mes grandes tantes quand j’étais enfant. Il est intéressant de voir aussi la progression de cette classe moyenne qui tente de s’embourgeoiser en partant en vacances, en choisissant des tenues raffinées même pour aller à la plage au risque d’être ridicules. Une époque encore figée loin de la contestation qui allait éclater en 68. 

Un temps où il était bon de rester dans le rang quitte à perdre un peu de sa personnalité mais aussi une époque bénie pour les enfants nés après-guerre.


Un film qui m'a rappelé l'ambiance des vacances de Monsieur Hulot, un chef d'oeuvre du genre dont le style résume à lui seul l'esprit des années 50.


Les années 50 continuent d’inspirer car elles respirent la simplicité et la joie comme une fête foraine !

Les années 50 très présentes au parc de Nigloland 
J’ai toujours aimé cette époque et je me rappelle notamment que vers 8/9 ans j’adorais porter une jupe en vichy rose et des ballerines. Les temps ont changé et la mode Fifty qui plaît à ma fille est celle des Teddy comme celui acheté à La Redoute pour l’été 2014.


Et vous, fan des années 50 ?






2 commentaires:

Anonyme a dit…

Les années 50 sont celles qui m'ont vu naitre, le trop fameux Baby Boom.
Hélas maintenant est venue l'heure du Papy Boom.

Papito

Elodie Benil a dit…

Ouiiiii!!!!