vendredi 13 janvier 2017

Se faire pardonner


Une veille de pleine lune, un mercredi soir bien chargé, des enfants fatigués, une maman qui a envie de bien faire pour terminer cette journée, une petite fille excitée par cet anniversaire qu’elle prépare, des cartes d’invitations aussi jolies que pas pratiques, une écriture en pattes de mouche par manque de place, une rature en entraînant une autre et…

Et c’est la dispute, le reproche amer qu’on regrette en même temps qu’on le dit et qu’on ne peut pourtant s’empêcher de sortir et d’enfoncer…

J’ai une petite fille appliquée, attentionnée, gentille, douce, aimante, une perle que je bénis chaque jour et que je regarde avec beaucoup d’admiration.

Je pense être la plupart du temps une maman bienveillante, patiente et disponible.

Ma fille est parfois tête en l’air, je suis quelquefois trop perfectionniste…

Alors qu’elle essayait tant bien que mal de compléter ses cartes d’invitations, j’étais dépitée par le spectacle que j’avais devant moi. Les cartes bien que très mignonnes étaient tout simplement trop petites pour contenir nos informations et cela me faisait enrager car je voyais bien que cela allait avoir des conséquences. En effet, elle avait choisi son plus joli stylo doré mais malheureusement il a bavé, les lettres étaient illisibles.

J’étais surtout en colère après ce fabricant et après moi qui n’étais pas en mesure de lui trouver une solution et … C’est contre ELLE que je me suis fâchée.

Je lui ai reproché son manque d’application, lui ai dit que c’était une catastrophe et que c’était moche. Tant et si bien qu’elle s’est vexé la pauvre et que son papa, ayant suivi de loin notre altercation, est venu essayer de la modérer. Cela m’a énervée encore plus…

Ma pauvre petite chérie a été blessée de mon comportement totalement injustifié et des grosses larmes ont coulé sur ses jolies joues.

J’avais tellement honte d’avoir été odieuse alors que cela n’aurait pas dû être. Il y a certains moments où cette incapacité à résoudre TOUS les problèmes me fait perdre pied…

Ce syndrome de la mère parfaite, m'en a fait oublier le principal…

Alors j’ai voulu me faire pardonner et lui montrer ainsi combien je l’aimais et combien j’avais pris conscience de ma bêtise.

8 ans de thérapie m’ont appris qu’il faut toujours accepter de se remettre en question et que de chaque évènement bon ou mauvais on peut en sortir une leçon de vie.

Que le rôle de parent n’empêche pas de reconnaître ses erreurs.

Sous couvert d’éducation et d’autorité, certains parents ne veulent pas revenir sur ces moments de débordement.

Au contraire, je pense qu’on a le droit de montrer à son enfant qu’on peut se tromper, ne pas être à la hauteur, dire des bêtises à condition de les respecter.

Alors pour son goûter, j’ai fait le gâteau du pardon, celui au chocolat qu’elle aime tant.





J’ai refait des invitations pour cacher un peu ce qui n’allait pas et j’ai aussi compris qu’une petite fille de 8 ans avait voulu faire pour le mieux.

Je lui ai dit que je m’excusais et elle m’a dit que je l’avais vexée.

Mais elle m’a dit que j’étais sa maman adorée, juste un peu coquine parfois…


Je n’effacerai jamais ce moment de sa mémoire, il lui restera peut-être un semblant de déception face à ma réaction. Mais elle se souviendra aussi de ce petit mot sur un gateau.

Petit mot qu'elle a voulu garder parmi ses petits trésors.





10 commentaires:

Elodie Minet a dit…

Ca arrive à tout le monde de s'emporter!
C'est une bonne idée ce gateau d'excuse avec le petit mot!Il a l'air très bon en + ;)

Djahann a dit…

Que ce soit entre adultes ou avec les enfants, je crois aussi qu'il est essentiel de reconnaitre son erreur, de présenter ses regrets et excuses afin de ne pas dévaloriser la personne vexée.

Les Petites M Blog a dit…

comme ça raisonne en moi :(
ici aussi parfois je m'excuse... nul n'est parfait! le principal étant de s'aimer et se faire le moins de mal possible.
Bisous

Fred Ouistiti a dit…

Vu ce matin catastrophique avant de partir à l'école et ma réaction à son refus de s'habiller que j'ai regretté à la seconde où je l'ai eue, je vais vite préparer un gouter de l'excuse.
J'ai passé une journée pourrie à cause de ça, merci de m'avoir dépoussiéré les idées avec ton joli billet <3

Dans la peau d'une fille a dit…

ça nous arrive toutes de nous énerver contre eux même si parfois ils n'ont rien fait (ou rien de grave). J'adore l'idée de ce gâteau d'excuse

{Dans la Bulle d'une Working Mum} a dit…

Mohhhhhh ��?
Quel parent n'a pas vécu cette situation. Je me suis reconnue en lisant ton message. Moi face à Lina car elle est comme ta puce, perfectionniste, attentionnée et très sensible à ce que je pourrai dire. Je trouve très bien cette idée de goûter d'excuse. Je la garde en tête, car malheureusement je pense que je craquerai encore. J'espère que vous vous êtes réconciliés. Plein de bisous ma douce ��

Kid Friendly a dit…

Je me reconnais tellement. Le clou que tu ne peux pas t'empêcher d'enfoncer alors que tu sais que c'est nul et que finalement c'est pas contre l'enfant que tu es énervée :-( Moi aussi je m'excuse après...

Petite G a dit…

Je suis déjà passée par là... et je m'excuse toujours aussi, mais l'idée du gâteau, je la trouve super !

Evelyne Untibebe a dit…

Ton article est très touchant. J'admire ta façon de te remettre en question. Je fais au mieux de le faire aussi de mon côté quand c'est nécessaire.
C'est sans doute ça aussi être une bonne maman ?!

corinne a dit…

Bonjour*
c'est bien de reconnaitre ses torts et c'est super important !! bravo pour cela !!