dimanche 14 juin 2020

Porter de Jolies culottes !



Si j’avais déjà amorcé une transition écologique en matière d’alimentation privilégiant le local, le bio et le saisonnier, bien avant le confinement, j’ai comme tout le monde depuis quelques mois décidé de mieux consommer dans différents domaines à commencer par celui de l’habillement.

J'aime beaucoup la mode et j’ai souvent tendance à avoir des achats compulsifs et à petits prix dans des grandes enseignes. Pourtant, j’essaie aussi de changer en privilégiant de plus en plus des marques françaises ou européennes et de qualité quitte à payer plus cher. Pour les enfants, c’est un peu compliqué car ils grandissent vite et il faut souvent renouveler la garde-robe. Je n’ai pas toujours d’autres choix que la mode peu chère… 

Mais même pour eux, j’aime les belles matières, les jolies coupes et l’originalité !

Récemment, j’ai découvert sur les réseaux sociaux une marque de sous- vêtements pour femme et enfant qui réconcilie qualité et petit prix, Jolies Culottes.

Fondée par deux femmes issues de l’univers de la lingerie, l’idée est de proposer des sous-vêtements confortables, fabriquées en Europe, en coton biologique et à petits prix.

5 pilliers définissent cette marque : le côté Bio avec le label Oeko-tex sur tous les sous-vêtements ; designés en France, les sous-vêtements sont fabriqués dans une usine familiale du Portugal et la marque à une action éthique grâce à des actions envers des associations environnementales ; transparente, la marque dévoile tout sur ses coûts et ses marges ; accessible, Jolies Culottes a eu l’idée de miser sur les petits prix, et plus encore si vous achetez par lot ! Enfin, la marque se veut inclusive, pensée pour toutes les morphologies (et d’ailleurs leurs photos parlent d’elles-mêmes).


Si la collection femme est vraiment très jolie avec des basiques en coton aux imprimés vintage, des bloomers retro à volants, des shortys en tulle mais aussi des brassières confortables et féminines, en passant par des culottes menstruelles pas gnangnan, j’ai craqué pour la collection enfant hyper originale et craquante.

J’en ai pris 4 : 2 pour ma mini en 2/3 ans, à motifs cerise et à motifs de fleurs et 2 pour ma grande en vichy et à motifs cerise également pour un matchy-matchy très mignon entre sœurs.



La qualité est parfaite pour leurs peaux fragiles et les coupes sont impeccables. Elles m’ont rappelé certaines culottes que j’avais enfant. Elles sont tellement jolies qu’elles ne pourraient porter que ça, non ?

Pour la petite qui commence à se familiariser avec la propreté, je trouve également très important qu’elle puisse porter de jolies culottes qui lui donnent envie.



Je suis vraiment satisfaite de ces jolies culottes et je reste fan de cette marque dans l’ère du temps qui œuvre pour le monde de demain.


Alors, RDV sur le site pour découvrir toutes les jolies culottes !

·        * Produits offerts merci


dimanche 17 mai 2020

55 jours dans la vie d’une famille confinée- 16 mars 2020/10 mai 2020



Vivre cette période si particulière en famille gardera le goût du bonheur mêlé à celui de l’inquiétude des lendemains qui déchantent. Alors que notre pays s’éveille et tente d’apprivoiser cet après, j’ai eu envie de faire une espèce de synthèse de ce que ce confinement a été pour notre famille et de ce qu’il a peut-être été pour nombre d’entre elles.

 Quoi de mieux que de l’avoir vécu ensemble, quoi de plus important pour des parents d’avoir pu garder un œil sur leur progéniture en ces temps troubles ? Il n’aurait pas fallu que cela se passe autrement et je pense que beaucoup de familles sortiront grandies de cette étape.

Pour autant, au-delà du scenario idyllique de la vie en famille véhiculée en grande partie par les réseaux sociaux, être confinés en famille n’a pas été une simple partie de plaisir. Nous n’avons pas été mieux ni moins bien que les autres et je pense que personne ne peut dire que cette vie confinée n’a été que joie et bonheur.


Mais tout le monde pourra dire qu’il a appris plus en sur lui-même et sur les siens lors de ces 55 jours.


 Tout s’est accéléré à partir du 11 mars ;  le 12, le pays se préparait à vivre sous la menace d’un nouvel ennemi appelé Covid-19. Cet ennemi était présent dans nos esprits depuis quelques mois comme un virus exotique réservé aux mangeurs de Pangolin… Et puis petit à petit il a fallu se faire à l’évidence que l’Italie c’était déjà un peu la France et que nous allions désormais devoir affronter ce rival invisible.

Tandis que le pays se mettait tant bien que mal en ordre de marche, chaque individu se retrouvait face à son destin. Ce n’était pas une guerre, pas une révolte mais une situation inédite dont nous ne mesurions pas vraiment la portée, ni les conséquences.

Nous étions comme tout le monde hagards, perplexes aussi, mais nous avons dû faire un choix en quelques heures. Le matin du 16, je m’installais pour ce premier jour de télétravail, les écoles, les crèches et les collèges venaient de fermer leurs portes et on pressentait qu’on devrait faire face à des événements qui marqueraient notre histoire contemporaine et familiale. Le midi, nous avons décidé qu’il faudrait partir, s’installer là où nous serions en sécurité quelle que soit l’issue prochaine. Paris nous a semblé hostile, notre appartement est devenu une prison de confinement avec ses murs étroits et ses fenêtres mitoyennes…
Le soir, nous roulions vers l’Auvergne retrouver notre maison refuge, écrin de ces jours dont nous ne savions pas combien de temps ils seraient…

Je reste aujourd’hui persuadée que nous avons fait le meilleur choix en venant ici, c’était la solution la plus adaptée pour ne pas se sentir encore plus enfermés. Les enfants ont profité du grand air, de la douceur du jardin, d’une maison qui leur a offert ces m2 qui font cruellement défaut à notre appartement parisien. C’était presque une question de survie dans notre cas.

La vie à la campagne n’a pas la même saveur que celle de la ville en ces temps troubles et comme en temps de guerre, elle est naturellement devenue l’Eldorado d’un monde meilleur. A juste titre, je pense car dans notre cas, même si tout n’a pas été toujours rose, nous avons vécu ici des moments exceptionnels.

Le confinement officiel a duré du 17 mars au 10 mai 2020 soit 55 jours.

Pendant presque 3 mois, l’Europe a été paralysée, figée dans un temps et le reste du monde s’est peu à peu plongé dans un repos inédit passant par la stupeur, l’abattement, la colère, la peur, l’incompréhension, le doute, la résilience, l’habitude…
Je peux dire aujourd’hui qu’à l’image du monde, nous n’étions pas du tout préparés à ce qui nous est arrivé.

Qui aurait pu penser que notre routine quotidienne souvent chèrement établie puisse voler en éclats en quelques heures ?


Ce que le confinement nous a appris en tant que famille ?


Il nous a appris à faire l’école à la maison. Ce ne fut pas facile. Il y a eu beaucoup de loupés de tous les côtés, une longue mise en place du côté du collège tandis que la routine s’est vite installée côté Primaire. Beaucoup d’ajustements et de mises au point avec les professeurs du collège dont l’enseignement n’était pas homogène mais petit à petit nous avons appris à recréer à la maison un espace de classe. Et je dois avouer que les enfants nous ont grandement facilité la tâche en étant souvent autonomes, particulièrement sérieux et assidus. Même si nous avons dû occuper ce poste, je crois que notre rôle s’est limité à être les garants de la continuité pédagogique et être le relais avec les enseignants. Pour notre famille, l’école à la maison  a très bien fonctionné (si je retire nos problèmes de connexion les premiers jours) à l’image du reste de l’année où nos enfants sont de bons élèves.  A l’heure actuelle, il n’est a priori pas prévu que les enfants reprennent le chemin de l’école et nous continuons sur le même rythme. Les enfants se sont habitués à cette routine même si je pense que c’est un peu plus dur pour notre fille qui vivait sa dernière année à l’école Primaire. Elle aura été amputée d’une partie de son enfance avec cette année raccourcie et j’aurais aimé qu’elle puisse y retourner quelques jours pour revoir ses amis.

Il nous a appris à travailler à la maison. Pour être tout à fait honnête, je pense que beaucoup d’employés étaient finalement bien plus prêts que nombre d’entreprises. La culture française du présentéisme a été mise à mal mais pourtant, les entreprises pourront être satisfaites car nous avons tous su garder le cap tout en gérant le quotidien. C’est d’ailleurs ce qui m’a le plus gênée dans cette période, le fait de ne pas avoir de séparation entre vie perso et vie pro car c’est un point très important pour moi. Malgré quelques couacs, j’ai cependant réussi (et je continue) à mener à bien mes missions. Au début, j’ai cependant fait un arrêt de travail car j’avais peur de ne pas arriver à m’organiser mais j’ai finalement compris qu’il était préférable de reprendre. Je reste stricte sur mes horaires (je suis d’ailleurs en partie au chômage partiel) tout en étant parfois plus efficace.  Ce schéma du travail va à mon avis profondément renouveler le marché du travail dans les prochaines années. Certaines entreprises ont d’ores et déjà annoncé prolonger le télétravail au moins jusqu’en septembre.


Il nous a appris à nous renouveler. Je ne peux pas me targuer d’être la reine des DIY et des gâteaux mais j’ai quand même réussi à proposer quelques activités nouvelles aux enfants. 


J’ai testé la pâte à modeler maison et les glaçons sensoriels pour la mini tandis qu’avec les grands nous avons tenté de nouvelles recettes. Mais surtout, les enfants ont largement appris de l’école de la vie. Des choses simples comme celle de voir la nature s’éveiller passant de l’hiver à la douceur du Printemps. . Les bourgeons ont éclos en de magnifiques fleurs de Cerisier, de Pommier, de Lilas, de Forthysia pour laisser la place à des feuilles solides verdoyantes et à de futurs fruits qui donneront au début de l’été. Les champs se sont couverts du jaune des pissenlits et des tâches colorées laissées par les fleurs des champs. Nous avons eu la chance de bénéficier la plupart du temps de soleil mais l’hiver nous a fait un dernier rappel lors d’une froide journée qui a laissé son blanc manteau pour nous émerveiller un peu plus. Les animaux n’étaient pas en reste, nous offrant chaque jour un superbe ballet entre les chevaux à qui nous rendions visite tous les jours, les bébés oiseaux qui ont éclos ou des rencontres étranges comme Mr Crapaud ou Mr écureuil. Il y a eu également les cailloux qu’on jette dans la rivière, les après-midi où on a jardiné en famille. Le confinement a souvent eu des allures bucoliques dans notre cas et je crois que paradoxalement la citadine que je suis n’a jamais été aussi en communion avec la nature.














Et avec leur papa, les enfants ont pu découvrir le bonheur du travail manuel, la noblesse des gestes ancestraux qui permettent de créer quelque chose. Notre grand a ainsi aidé son papa à préparer du ciment. A deux, ils ont construit notre four à pain qui était un cadeau de mariage que nous n’avions jamais eu le temps de fabriquer. Désormais, nous allons pouvoir faire notre pain, nos pizzas et autre nans sans compter que cela magnifie notre jardin. Ils ont aussi eu le bonheur de créer un potager : bêcher, ratisser, planter, arroser… Ce n’était pas une mince affaire mais plus qu’une leçon de Physiques, ils en garderont un souvenir impérissable (et un savoir-faire).







Nous avons tous joui du plaisir d’avoir une maison et un jardin et évidemment là-dessus, nous ne sommes pas différents de tous ces citadins qui aujourd’hui rêvent de leur coin de verdure. Mon mari était déjà convaincu de cette vie à la campagne mais je dois dire que l’indécrottable parisienne que je suis a été vraiment ébranlée.

Parce que je me suis rendue compte (mais ça je commençais à le percevoir avant) que la vie parisienne avait des avantages mais aussi beaucoup de défauts, défauts qui ces derniers temps prenaient parfois le dessus rendant la vie en ville très difficile. Mais également, cela a remis en cause mon mode de fonctionnement interne car je suis clairement une cérébrale et il me manque beaucoup de compétences qui seront les seules qui serviront si un jour notre monde devait basculer… Je n’ai pas encore eu le temps de mieux me former mais je compte essayer de progresser au fil des ans et sans changer ma nature profonde, j’aimerais explorer de nouveaux territoires intérieurs. La seule chose que je sais peut être faire « d’utile » est de laisser un témoignage de ces jours.

Quand on y pense, nous sommes une bonne partie de la population (et j’en fais partie) à ne pas servir à grand-chose… J’ai particulièrement été interloquée par ce point puisque pendant deux mois certains ont mis leur vie et leur famille en péril montrant leur « utilité » tandis que l’autre partie de la population était bien  sagement à la maison à attendre que ça passe… C’est un peu raccourci comme analyse mais tout de même cela en dit long sur notre société.

Nous avons aussi dû apprendre à vivre dans une cellule familiale réduite au minimum et cela n’a pas été toujours facile… Mon mari et moi avons eu parfois des moments de grande tension. A l’inverse, nous avons aussi renforcé le lien qui fait que à nous 5, nous nous suffisons… Pour autant, il  a aussi fallu se priver des grands-parents avec des sentiments mêlés comme le manque, le sentiment de ne plus avoir de fondation, la peur les  15 premiers jours qu’ils ne soient malades, une certaine rancœur de se dire qu’ils sont un peu responsables de l’état actuel de notre monde, eux la génération dorée des Babyboomers… Nos RDV ont tour à tour pris des allures de confessionnal, de cour de justice ou de bureau des réclamations. Nous ne savons pas d’ailleurs quand nous les reverrons pour le moment.

On aura également eu la chance exceptionnelle de voir nos enfants se développer dans un cadre qui n’est pas forcément le leur. Ils nous ont montré leur force, leur résistance, leur créativité, leur sens de la vie et nous pouvons être fiers d’eux. Pour notre petite dernière, 2 mois représentent un temps important dans son développement. Elle aura appris plus de mots en 2 mois avec nous qu’en 6 à la crèche, c’est devenu une véritable petite fille qui occupe une place centrale dans la famille.  Elle a été conquise par sa vie à la maison de la montagne et aura tout aimé dans cette période. Notre grand garçon aura pu développer son talent d’artiste et ses projets musicaux. Loin des écrans (car nous avons eu cette chance d’être confinés loin de FortNite et de Netflix), il a su trouver le chemin vers la musique. Je garderai toujours en tête les vocalises de nos trois enfants sur Help ou She loves you des Beatles ! La grande a lu, écrit et a développé son sens de l’empathie… Elle est d’un naturel plus posée, plus intérieure mais elle a pu s’appuyer sur le soutien de son grand-frère. Elle a appréhendé ses peurs comme celle de faire du vélo ou de nourrir les chevaux et ça c’est un merveilleux cadeau que lui a fait le confinement.

Mais il y a eu aussi le confinement dans le confinement. Ces jours où l’on a envie d’être seul, ceux où l’on est pris de panique ou au contraire d’une euphorie qui nous fait croire que cette vie est bien plus douce finalement. Ces jours où l’on doute de ses choix, où l’on a peur de son avenir et où l’on se remet à penser au bon vieux temps…

On aura quand même appris beaucoup les uns des autres alors même qu’on pensait parfois se connaître par cœur.

Comme pour les vacances, les premiers jours nous ont semblé passer très lentement alors que les deux dernières semaines ont filé. On finissait par s’habituer à ce train-train et le déconfinement va nous sembler un peu comme une douche froide. On a réussi à tenir 55 jours, une goutte d’eau dans l’histoire de l’Humanité mais une éternité pour notre monde moderne qui ne supporte pas le ralentissement. Et il a fallu apprendre à vivre sur un territoire restreint munis pour chaque sortie de la précieuse autorisation. Quand on y pense, il y avait bien longtemps qu'on ne nous avait imposé de telles restrictions de mouvement. 

Nous en tirerons certainement les conséquences dans le futur, nous devrons certainement prendre des décisions qui modifieront notre mode de vie, aller vers une tendance plus Slow life, respectueuse de la nature.

 « Qui peut le plus, peut le moins » dit le dicton populaire. Ce devra être notre Mantra dans les prochaines années car nous avons appris à vivre moins vite, à un coût réduit et avec moins de choses.

Mais nous ne savons pas de quoi demain sera fait pour le moment alors dans quelques semaines, nous devrons surement quitter notre havre de paix, sortir de cette torpeur pour essayer de prendre des décisions sur le long terme… Et moi qui avait décidé de ne plus me projeter !

Je ne sais pas non plus quelles séquelles garderont les enfants de cette période où leur vie de tous les jours a été chamboulée. ils ont souvent une faculté d'adaptation plus importante que nous et une analyse toujours juste.

Bon courage à tous pour les prochains jours.


  

lundi 30 décembre 2019

Commander mes produits de beauté en ligne sur Beautyshop.fr (Test et avis)



Commander des produits de soin et de beauté sur le net, je ne l’avais encore jamais fait. 

Sans doute, parce que j’ai l’habitude d’acheter mes crèmes à la pharmacie ou à la parapharmacie, que j’ai aussi parfois eu la chance de recevoir des produits qui m’ont séduite directement via les marques ou alors parce que j’en achète certains dans les grandes surfaces également.

Mais grâce à Beautyshop, j’ai pu tester cette expérience que j’ai trouvée à la fois facile, économique et ludique. C’est la première parapharmacie en ligne Made in France, ce qui m’a également attirée car je privilégie dès que je le peux le local désormais.

Beautyshop propose une très large sélection : visage, corps, bébé, maquillage, Minceur, bébé, Homme, solaires et même des produits d’Optique (et notamment un vaste choix de lentilles de contact). Dès la première page, on peut ainsi très facilement sélectionner une catégorie et voir ainsi s’afficher des sous-catégories qui affinent ainsi la recherche. 

En plus, la page d’accueil met en avant des produits phares sélectionnés pour leur qualité, leur prix particulièrement attractif ou leur nouveauté !

La navigation est fluide, rapide, on peut facilement se repérer et retrouver les produits que l’on connait !

J’ai décidé de sélectionner différents types de produits afin de pouvoir explorer au mieux le site. J’en ai profité pour tester de nouveaux produits et pour commander pour toute la famille. 

J’ai parfois regardé par catégorie (en choisissant mon gel douche par exemple) ou alors par marque quand j’avais envie de tester un produit en particulier. J’avais par exemple très envie de tester une crème teintée ou un enlumineur Erborian car j’en avais entendu grand bien et celle-ci est particulièrement bien représentée sur le site.


Des grandes marques comme Vichy, Bioderma, Garancia, Nuxe,  Avene, La Roche Posay, Klorane, Galenic… sont proposées à des prix réduits. Des marques plus confidentielles comme Talika, Saeve sont également mises en avant permettant ainsi aux clientes de découvrir des pépites. De plus, la sélection de produits Bio ou naturels est vraiment très large et c'est un critère très important pour moi car j'essaie de privilégier ce type de produits. Chaque produit est décrit précisément, sa composition est également très bien  détaillée tout comme des conseils d’utilisation qui y sont associés. Cela permet de pouvoir faire un choix éclairé sur un produit qu’on n’utilise pas habituellement mais qui nous tenterait.







Les prix sont très attractifs avec des réductions conséquentes sur tous les produits. On peut aussi retrouver des coffrets cadeaux à tous les prix. L’occasion de faire plaisir aux siens.


Par ailleurs, la commande est rapide et sécurisée et en 2/3 jours le colis était arrivé à destination. L’ensemble était soigneusement emballé (les produits protégés un par un) et j’ai même eu un échantillon de crèmes d’une marque afin de pouvoir la tester. Il y a régulièrement des promotions et même des offres de parrainage.

J’ai pris finalement autant de plaisir à me balader sur le site qu’à arpenter les allées de ma parapharmacie. J’ai même commandé un mascara de la marque Mavala car je me suis laissé séduire en le voyant apparaître dans le fil de suggestion !


J’ai acheté tous ces produits pour 54 euros livraison inclue, ce que j’ai trouvé plutôt raisonnable. Et je dois avouer que la grève s’étant installée en même temps, cela m’a fait gagner beaucoup de temps pour renouveler ma trousse de toilette !

L’expérience a donc été très concluante et je recommande ce site pour son sérieux et l’excellent rapport qualité-prix.





dimanche 22 décembre 2019

Tenues de fête : leurs tenues Okaidi, noël 2019



Avoir 2 filles c’est avoir encore plus de plaisir à choisir des jolies tenues pour les fêtes…
Je ne suis pas forcément adepte des tenues à usage unique préférant acheter des valeurs sûres que les enfants pourront remettre. Pourtant à peu près toutes les marques de vêtements enfants proposent des collections capsule à cette période avec de très jolies tenues pour les bébés et les enfants.



J’ai eu le plaisir de pouvoir choisir deux ensembles chez Okaidi parmi la collection noël que j’avais pu découvrir en avant-première lors de ma visite de leurs locaux à Roubaix en octobre.


Du rouge, du blanc et du bleu marine avec des touches de doré, des sequins, des robes à plis, des pulls réversibles... Le tout dans des jolies matières très douces. J’avais trouvé cette collection très réussie et c’est pourquoi j’ai vraiment été ravie de pouvoir sélectionner deux tenues pour mes puces.

Pour la plus petite, j’ai choisi cette jolie robe rouge à pois qui a une coupe un peu vintage. Je lui mets rarement des couleurs foncées mais je dois dire que le rouge lui va à merveille et elle s’est transformée en petit lutin du père noël lors d’une séance photo avec sa grande sœur.







La grande a choisi une tenue plus sobre qu’elle pourra remettre : un top col roulé à fils dorés et une jupe plissée bleu marine  qui arrive à mi-genoux. Elle rêvait d’une jupe de ce format d’autant qu’elle pourra la porter par toutes les saisons en version habillée ou en version plus cool.




Trop fan de ces deux petits looks Okaidi !







Et vous, quelles seront les tenues de vos boutchoux pour le Réveillon ?