mercredi 20 juillet 2016

Le B.G.G de Steven Spielberg au cinéma le 20 juillet (avis et critique)



Quand l’un des auteurs les plus réputés de la littérature enfantine, Roald Dahl, est adapté par l’un des plus grands cinéastes de notre époque, cela donne un film plein de poésie qui est une plongée dans le monde de l’enfance.

Quand j’étais petite, j’ai dévoré les livres de Roald Dahl et j’ai transmis le goût pour cet auteur à l’imagination fertile à mes enfants : Charlie et la Chocolaterie, James et la Grosse Pêche…

De la même façon, ils ont également été immergés dans les films de Steven Spielberg à commencer par E.T., le chef d’œuvre du maitre.

Ils n’étaient donc pas en terrain inconnu lors de la projection en avant-première du Bon Gros Géant, le B.G.G de Steven Spielberg qui sort aujourd’hui en salles.

Ce film était très attendu car il réunit deux monstres dans leur domaine et les avis sont partagés au final.

Pourtant, avec leurs yeux d’enfants et à travers un œil plus adulte, je dois vous dire qu’ici le film a été apprécié.

Synopsis :

Voici l’incroyable histoire d’une petite fille et du géant qui lui fera découvrir les merveilles et les dangers du Pays des Géants. Le Bon Gros Géant ne ressemble pas à ses congénères. Avec ses grandes oreilles, son excellent odorat et ses 7 mètres de haut, c’est le plus petit des géants et contrairement aux autres, il est végétarien. À son arrivée au Pays des Géants, Sophie a d’abord peur de lui, mais elle se rend vite compte que le BGG est très gentil. Il va tout lui apprendre sur la magie des rêves. Jusqu’ici, le BGG et Sophie s’étaient toujours sentis seuls, chacun dans son monde. Leur rencontre va tout changer…

Avis et critique :

Ce film est avant tout une très belle histoire d’amitié entre deux personnes malmenées par la vie. Il montre l’importance du lien et de l’entraide.

Le rêve est omniprésent soit qu’il embellit ou éclaire nos vies, soit à travers le cauchemar qui tout en faisant peur, protège du danger. Rêve et réalité cohabitent pendant tout le film.

Comme d'habitude Spielberg sait créer un univers fantastique avec plein de trouvailles La représentation des rêves sous forme de petite comète lumineuse de différentes couleurs est très belle. La 3D nous immerge dans ces lieux sans être dérangeante. En principe, je n’aime pas voir les films en 3D mais dans le cas présent, c’était agréable.



En même temps le film reste fidèle à l'imaginaire de Roald Dahl et a ses thèmes favori en particulier l'amour apporté par la famille.



Le film est peut-être un peu long pour des enfants de moins de 7 ans .Plus jeunes ils risquent de s'ennuyer et ne pas bien comprendre l'intérêt de l'histoire. Par contre les méchants géants ne font pas très peur et apparaissent plutôt pas très intelligents.

Les enfants (9 et 7 ans) ont vraiment adhéré à l’esprit du film et m’en reparlent encore.

Le B.G.G est dans la tradition du cinéma qui fait rêver et qui laisse dans la tête des petites étoiles.

Le BGG-Le Bon Gros Géant
Le 20 juillet au cinéma
Durée : 1h57
A partir de 4 ans

Et en bonus, vous pouvez télécharger les coloriages officiels du film ici 


1 commentaire:

JackSummers a dit…

chacun dans son monde. Leur rencontre va tout changer