vendredi 25 mai 2018

Elle et moi



Alors que les marques nous abreuvent de campagnes mères-filles et que cela créé beaucoup de polémiques sur les réseaux sociaux, je me suis dit qu’il était peut-être temps de mettre des mots sur la relation que j’entretiens avec ma fille ainée.

Plus qu’une fille, ma grande est ma complice. 

Une complice de cœur, une enfant qui distille le bonheur chaque jour un peu plus.
J’ai hésité à écrire cet article car je ne veux pas passer pour une de ses mères qui voient en sa fille une copine.

J’ai eu avec ma mère une relation très forte quand j’étais enfant (et qui continue devenue adulte) mais j’avais mis ça sur le compte du caractère très doux de ma mère et du fait que j’étais la fille unique d’une maman solo depuis mes 3 ans.

Ma vie est différente : je suis mariée depuis 10 ans et j’ai trois enfants (1 garçon et 2 filles).
Pourtant, je dois l’avouer, être maman d’une fille n’est pas la même chose qu’être maman d’un garçon. Il y a quelque chose de différent qui est presque métaphysique. Une fois, Zozo avait écrit sous une photo de sa fille sur Instagram que sa fille l’avait « sauvée » (pour rappel, elle est maman de 3 garçons et d’une fille).

Cela m’avait marqué car je pense qu’il y a un peu de ça en effet…


Avec mon grand garçon, c’est un amour simple et profond. Je découvre ce qu’est être maman d’un enfant de sexe différent. Mais en grandissant, je vois bien qu’il s’identifie à des modèles masculins, à commencer par son père. Il me regarde comme sa maman, il est gentil et taquin. Il est très aimant mais il ne s’intéresse pas vraiment à moi en tant que personne.

Ma fille ainée et moi nous sommes vraiment complices. On partage une relation fusionnelle depuis sa naissance. On adore être ensemble depuis toujours. Petite elle ne voulait que mes bras et j’ai pris le temps de la comprendre et de l’accompagner vers son autonomie.
Mais c’est un peu plus car entre nous il y a vraiment ce petit « je ne sais quoi » qui existe entre une mère et une fille. La transmission est évidente.

Ma fille me toise, elle m’observe, elle m’interroge sur ma vie de petite fille… Elle cherche en moi des réponses à ses questions… Elle m’oblige à me dépasser, à m’interroger sur certaines décisions à prendre. Sans le savoir, elle peut parfois m’orienter vers un certain type d’actions ou de réflexions.

Je ne suis pas seulement une maman, je suis une femme. Une femme dans son entité avec mes forces et mes fragilités. Ce que j'ai pu ressentir de ma condition de femme, elle le ressentira un jour dans sa vie quand bien même la sienne sera différente. il y a des points communs immuables depuis la nuit des temps auxquels viennent s'ajouter les questions propres à chacune de nos époques. Malgré elle, elle portera un peu de mon histoire en elle et malgré moi, je lui transmets certaines choses qui la construiront. C'est une sacré responsabilité et il faut apprendre à marcher sur le fil pour garder un équilibre entre le partage d'expériences et l'influence transgénérationnelle...


Ainsi, je la regarde grandir. Elle a toujours été très jolie mais en grandissant elle devient vraiment belle. Depuis quelques mois, beaucoup de personnes lui font remarquer qu’elle est très jolie car elle a basculé dans une autre tranche d’âge. Je découvre le plaisir de voir sa fille s’ouvrir comme une fleur. Bien sûr un jour ce seront les garçons qui la regarderont. Il y aura ceux qui seront sincères, il y aura les dragueurs dans la rue, il y aura même les prédateurs. Je devrais alors revêtir mon rôle de femme qui connait les dangers de l’innocence. Mais je serai aussi cette maman fière d’avoir une jolie fille.

L’arrivée de sa petite sœur l’a grandie, l’a rendue encore plus mature. Ma petite dernière m’accapare beaucoup mais loin de la rendre jalouse, elle est devenue encore plus bienveillante.

Car, il faut que je vous le dise, ma grande fille est très, très gentille avec ceux qui la fréquentent particulièrement avec moi. Elle est très attentive, me complimente beaucoup sans que je lui demande.

Elle adore me parler de sa vie à l’école et aussi connaître quelle fillette j’étais. Savoir ce si j’avais connu les mêmes choses qu’elle, si j’avais une meilleure amie, comment elle s’appelait, si j’avais une ennemie. J’essaie de lui transmettre sans l’influencer, toujours en restant dans le récit… Mais je sais que mes réponses comptent pour elle.

Pour tout ça, je comprends ce qu’a voulu dire Zozo quand elle parlait de sauvetage à propos de sa fille car je pense que malgré tout quand on est maman d’une fille, il y a quelque chose qui se passe dans notre esprit de femme. Si la relation est bonne, c’est vraiment magique. Si, au contraire, celle-ci est chaotique, cela peut être destructeur.

Alors j’ai beaucoup de chance d’être la maman de cette petite fille-là.


Ma petite L est encore trop petite pour que je partage avec elle ce que je partage avec ma grande mais j’espère avoir ce même sentiment de complicité.

Je vous invite également à lire l’article d’Aude du blog Nozenfantschéris qui est maman de 2 garçons et qui exprime avec beaucoup d’humour (et un peu de rébellion) comme c’est chouette d’être une « mum of boys » !

Alors évidemment être maman d'une fille ou d'un garçon c'est un peu plus que de porter les mêmes vêtements et de se prêter au jeu d'une séance photo mais s'habiller pareil peut parfois juste être une façon de dire aux autres qu'on ne fait qu'un tout en étant 2
...







* Nous portons la collection capsule Armor Lux pour Truffaut composée de marinières femme et enfants, de tote bag, trousse et écharpes.  La collection éphémère reprend les codes de la célèbre marque bretonne : les rayures, le coton , le bleu, le blanc et le rouge tout en y associant l’esprit jardin de Truffaut avec la jolie broderie Trèfle et la devise « porte-bonheur ».

Hyper confortable et bien coupée, cette collection composée de Must-have indémodables a tout pour séduire !

 Elle est disponible dans tous les magasins Truffaut


2 commentaires:

Les Petites M Blog a dit…

Je comprends tes mots. En effet, être maman d'une fille c'est un peu plus qu'être maman d'un enfant. Tout comme être papa d'un garçon ;)
C'est une relation en miroir qu'il faut savoir gérer comme tu dis pour qu'elle s'épanouisse sans envahir ni l'une ni l'autre.
Avec 3 filles et cette relation fusionnelle, je te laisse imaginer comme il faut jongler pour que ce ne soit pas invivable!
tes photos sont superbes!!!!
Bises
Marion

Zozomum et Cie a dit…

Je suis contente de voir que mon ressenti est "normal". Elles sont magiques nos filles.